Avec toutes vos histoires de #balancetonporc, on va plus oser draguer une fille.

Salut !

Alors, n’exagérons pas : personne ne dit qu’on n’a plus le droit de draguer ou de chercher à séduire ! En fait, là où il faut faire attention, c’est au contexte. Exemple :

 

Une personne marche dans la rue. Elle va donc quelque part, l’esprit dans sa musique, ses pensées, ou le nez dans son portable. En général, elle ne souhaite pas être interrompue, et n’est pas vraiment à la recherche de partenaires… La rue n’est donc pas l’endroit idéal pour draguer quelqu’un !

Echanger un sourire n’interrompt pas quelqu’un : il n’y a donc a priori pas de mal à ça. Mais arrêter une personne qui n’a rien demandé et qu’on ne connaît pour lui dire qu’on la kiffe (dans le meilleur des cas) et qu’on aimerait bien son numéro de portable, c’est d’une part la juger sans la connaître (et ça ne fait pas plaisir, en vrai) et d’autre part ça oblige cette personne à donner une réponse, même si souvent négative. Ça l’oblige donc à faire quelque chose qu’elle n’avait pas l’intention de faire (s’arrêter dans son déplacement pour exprimer un refus). Et quand ça arrive plusieurs fois par semaine/jour, ce caractère répétitif est qualifié de harcèlement de rue. Et si en plus, face à une réponse négative, on insulte la personne, on peut penser que le « dragueur » n’a en fait aucun respect pour cette fille et qu’il ne s’agissait donc pas de drague !

 

Par contre, si dans un contexte approprié (dans une soirée, sur une appli de rencontre), suite par exemple à un échange de regards et de sourires qui permettraient d’en savoir un peu plus sur l’ouverture de la personne à l’idée d’une discussion, un système de séduction se met en route, il n’y a aucun problème, à condition de respecter immédiatement tout refus, qu’il soit au début ou en cours de discussion.

 

Pour résumer, le respect de l’autre et la prise en compte du consentement sont les deux maîtres-mots en matière de drague !

Like
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
Partager
Leave a reply